Conseil municipal du 29 juin 2018: Vote du compte administratif – Exercice 2017

Voici l’intervention du groupe Unis pour Wasquehal sur la délibération 2018-39 – Vote du compte administratif – Exercice 2017

Mesdames et messieurs,
Vous nous présentez aujourd’hui le compte administratif 2017, c’est-à-dire le bilan de votre gestion financière, mais aussi celui de vos réalisations.
Je voudrais d’abord vous relire un paragraphe de notre intervention lors du vote du BP 2017 :
« A première vue, on pourrait se réjouir de voir que votre capacité d’investissement augmente, avec un budget de 10 millions d’€. Vous nous affichez un programme ambitieux d’investissement avec le PPI. Serez-vous seulement capables de mener à bien les projets ? J’en doute fortement. En effet sur les 4.5 millions de travaux prévus en 2016 seul 3 millions furent engagés, reste 1.5 millions.

Je ne comprends donc pas pourquoi vous avez emprunté 1.3 millions l’année dernière ?
Vous récidivez cette année en prévoyant près de 6 millions d’€ de travaux avec un nouvel emprunt de 2 millions d’€ et le report des 1.5 millions de l’année dernière. Ce qui fait que 50% des investissements de l’année le seront à crédit.
Comment voulez-vous financer les 6.6 millions d’euros du PPI avec un budget d’investissement de 6 millions.

Ce qui me rassure c’est que vous pensez pouvoir multiplier par 10 vos réalisations de 2016 alors que l’année dernière vous n’avez pas fait le quart des 2.7 millions prévus au PPI avec seulement 650 000 € réalisés ».
Voilà donc ce que vous nous annonciez il y a 18 mois. Le scénario était écrit à l’avance puisque ce CA est reflet parfait ces propos.
Sur les 10.5 millions inscrits en investissement, moins les 2.6 millions de remboursement de l’emprunt, vous aviez prévu 7.8 millions de travaux , or seulement 4.8 millions ont été réalisés, vous annulez près d’1 million de travaux et tant mieux cela vous évite de faire un nouvel emprunt .

2.6 millions sont reportés à 2018.
Et pourtant je me souviens très bien de votre réponse en affirmant que l’on verrait ce que l’on verra. Il n’y a rien à voir. Vous êtes incapables de réaliser votre PPI.

C’est dire que vous consacrer 2018 à faire ce que vous n’avez pas fait l’année dernière. Nous en voulons pour preuve l’indigence du nombre de décisions de lancement d’opérations depuis le début de l’année.

A la même date en 2017 nous en étions à 36 pour un engagement d’1.5 millions d’euros de travaux contre à peine 55 000 euros en 2018.
Pourtant lors du ROB, vous aviez indiqué 6 millions de travaux. C’est dire qu’à 20 jours de la fin d’année, vous ne saviez même pas ou vous en étiez. Il était pourtant facilement envisageable que vous ne réaliseriez pas la totalité.

 

La question légitime que l’on peut se poser, est-ce de l’incompétence ou de la malhonnêteté intellectuelle ? Où est la transparence promise ?
L’avantage de votre incapacité est de ne pas avoir dû recourir à un emprunt supplémentaire de 1.2 millions, car je vous le rappelle, vous aviez promis pour fin 2017 de réduire l’endettement à 13.5 millions et nous en sommes à 18.5 millions contre 21 millions à votre arrivée.

5 millions de fausses promesses, une bagatelle.


Autre promesse, réduire les charges à caractère générale
, or nous constatons une augmentation de près de 5%, mais il vrai que les élections approchent et que les frais de cérémonies et les frais de publication augmentent.
Concernant les frais de personnel, nous constatons effectivement une baisse de 2.25% de la masse salariale des titulaires, mais plus curieusement une baisse de 21% des indemnités versées à ces mêmes personnels. Est-ce à dire que le régime du RIFSEEP vous a permis de baisser de façon déguisé la rémunération des agents titulaire ?
A contrario nous voyons une augmentation de près de 50% des personnels non titulaires. Après les avoir évincés en 2014, vous vous rendez-compte maintenant que ces emplois étaient utiles à la ville.
Pour conclure sur votre bilan, vous avez commencé l’année 2017 avec un excédent de 2.3 millions d’euros, vous aviez déjà hérité en 2014 d’un budget excédentaire de 755 000 € et vous terminez cette année avec un déficit de 30 000 € en ayant emprunté 2 millions d’euros.
Si vous continuez à affirmer que la ville était au bord de la mise sous tutelle à votre arrivée avec un excédent, nous devrions parler de banqueroute avec un déficit de 30 000 euros.